esprit_criminel_haut

          Quoi de plus beau qu'une nouvelle série sur le blog afin de célébrer le retour des reviews après deux bons mois de galère universitaire. Une galère loin d'être arrivée à son terme, mais momentanément affaiblie, laissant donc envisager quelques éclaircies télévisuelles tout à fait en accord avec le soleil étincelant de ces derniers jours. Comme si tout convergait d'un commun accord vers une situation plus enviable...Troisième série policière du blog à faire partie de cette rubrique, elle en sera sûrement la dernère étant donné que mes escapades policières se limitent à ce trio. Un trio bien suffisant étant donné mon manque de passion général pour ce type de série. Des trois, Esprits Criminels est sans aucun doute celle qui me tient le plus en haleine, de par son ambiance et ses personnages. Je profite donc de la diffusion de la saison 3, débutée ce mercredi 16 avril sur RTL, afin de replonger dans l'ambiance de la série. La France, quant à elle, peut actuellement se délecter de la saison 2 en rediffusion tous les lundis soirs sur TF1 en 3ème partie de soirée. Une rediffusion qui sera sans doute suivie, on peut l'espérer, de la saison 3 inédite pour les mois estivaux.

3.01 Doubt ("Peur sur le campus")

          Le titre original aurait eu tout son sens ce mercredi 16 avril sur RTL, tant on aura eu d'énormes doutes quant à la diffusion de l'épisode. Ce n'est pas de fusils mais de patience dont il aura fallu s'armer. Un retard conséquent inexcusable. Quoiqu'il en soit, cela n'a pas gâché le plaisir de retrouver l'ambiance si propice de la série. Un épisode qu'il était important de ne pas manquer car il marque un tournant dans l'histoire de la série. Non pas en raison d'une intrigue extraordinairement importante pour la compréhension des épisodes suivants (on a toujours affaire à une histoire de meurtre indépendante) mais plutôt car il s'agit ici de la dernière apparition de Mandy Patinkin et donc de son personnage Gideon.

           Pour le coup, la narration s'en voit un tantinet modifiée puisque l'on suit l'affaire à travers le récit de Gideon, en ressentant ses doutes, ses peurs, ses craintes. J'avoue avoir assez accroché à son récit qui donne un relief tut particulier à l'histoire. Rien d'étonnant à cela puisque j'ai toujours beaucoup aimé le personnage. Son ton tout au long des différentes scènes sonne un peu apocalyptique, préfigurant d'une fin proche irrévocable que l'on attend avec une fébrilité non contenue.

          Les scénaristes ont donc fait le choix de justifier son départ par un manque de motivation et d'espoir en l'humanité suite à toutes les atrocités qu'il a vécues et tout particulièrement celles du dernier épisode de la saison 2. Gideon a toujours été très sensible aux événements auxquels il prenait part, l'excuse tient donc la route. Ce qui est moins plausible, c'est son suicide en fin d'épisode. Le personnage n'est pas du genre à se laisser démonter et n'a pas de tendance suicidaire. Attention néanmoins, la scène est tournée de telle manière que sa mort est loin d'être certaine. On nous laisse supposer la suite, sans qu'il n'y ait ni son ni image comme preuve. Une jolie issue de secours que se laissent au cas où les scénaristes (histoire d'être plus plausible que le retour de Sarah dans prison Break).

          Une chose est certaine, Gideon nous manquera. Un personnage charismatique et central dans chacune des intrigues. La transition sera difficile et déterminante pour le succès de la série. Ce départ saura-t-il décourager certaines personnes dont moi-même ? La question mérite d'être posée et trouvera rapidement sa réponse en ce qui me concerne. Les Américains n'ont en tout cas pas déserté la série, ce qui est plutôt bon signe.

          L'intrigue du jour passe inévitablement au second plan et n'est là que pour offrir le background nécessaire au récit de Gideon. Une histoire de sérial-killer sur un campus universitaire qui remplit son rôle, sans plus. Ne disposant pas d'une intrigue fil rouge comme bon nombre (toutes ?) de séries policières, la série a proposé comme toujours un petit coup d'éclat lors du final de la saison passée avec le poste de Hotchner remis en doute par sa supérieure. On poursuit donc ce petit à-coté avec le retrait de Hotchner pour une durée de deux semaines à cause de décisions qui n'auraient pas été les bonnes. A se demander ce qu'elle lui veut car Hotchner est le genre de chef assez intègre qui fait son travail du mieux qu'il peut.

          Un épisode plus musical qu'à l'accoutumée, comme pour rendre un dernier hommage à Gideon.

"Cat Claw" de The Kills :

"Wait" de The Kills, histoire de continuer avec le même groupe :

"Lazy Eye" de Silverson Pickups, sans conteste ma préférée :

free music

3.02 In Birth And Death ("L'arrache coeur")

          Un des tout meilleurs épisodes d'Esprits Criminels depuis longtemps selon moi. Un épisode très intense et rythmé qui arrive à mêler parfaitement l'intrigue policière et les à-côtés personnels. Un épisode qui commence très fort avec de nombreux chamboulements : la disparition de Gideon, l'affectation dans un autre service de Hotchner et la démission de Prentiss. Tout part en vrille et ce, très rapidement dès l'entam de l'épisode. L'équipe se trouve donc en effectif réduit mais celle-ci verra revenir Hotchner et Prentiss pour sa conclusion ainsi que pour le reste de la saison.

          Alors que Hotchner n'a jamais été un personnage très attachant, il arrive à le devenir avec cet épisode. L'évocation de son départ a été nécessaire pour s'en rendre compte, il nous rend triste et permet de se rendre compte que, finalement, on s'est attachés à lui. Bien que d'une apparence sévère et stricte, il est attachant et défend toujours les membres de son équipe. Moins charimatique d'un Gideon mais tout aussi indispensable. On arrive à exploiter sa relation avec sa femme, Haley, de manière bien plus intéressante en un seul épisode que lors des bribes disséminées ça et là depuis le début de la série. Haley voit en effet en la mutation de son mari la possibilité d'avoir enfin une vie de famille mais celui-ci n'arrive pas à se résoudre à quitter son poste. On sent que cette fois-ci, c'est la fois de trop et de retour de l'enquête, Hotchner trouve une maison vide. Intéressant à suivre.

          Prentiss réintègre restera elle aussi dans l'équipe. On apprend qu'elle a refusé de balancer des infos compromettantes sur Hotchner à sa patronne alors qu'elle avait obtenu ce poste afin de dire tout ce qu'elle découvrait au sujet de Hotchner. Voilà qui rattrape le coup. Jusqu'ici alors assez insignifiante, Prentiss m'a pour la première fois paru sympathique et s'est dégagée un tant soit peu du lot.

          L'enquête du jour acueille une guest star bien connue du monde du petit écran en la personne d'Eddie Cibrian. Une gueule d'ange en contraste avec ses intentions bien plus diaboliques : arracher le coeur de femmes qu'il enlève en se servant de son fils de 7 ans. Encore une raison de passer les épisodes dans le désordre sur TF1...Une intrigue qui ressemble un peu à une histoire de la saison 1 ou 2 lors de laquelle le meurtrier faisait de sa victime sa femme durant quelques jours avant de la tuer afin d'avoir l'impression d'avoir une vie de famille. La chef qui vient faire sa patronne intransigeante et bornée est une situation déjà vue maintes et maintes fois mais ça reste amusant. Elle change juste d'avis rapidement et sans trop de raison à la fin de l'épisode quant au sort de Hotchner et Prentiss.

          Bien qu'ayant eu un peu peur durant quelques minutes, les dernières minutes de l'épisode m'ont finalement donné raison et m'ont rassuré grandement quant à la crédibilité de l'histoire : Gideon est bel et bien vivant. Il part sillonner les routes afin de retrouver tout ce qu'il a perdu. On ne peut s'empêcher d'être triste en se disant qu'il va bien nous manquer. Voici les dernières minutes de l'épisode qui constitueront sans doute la dernière apparition de Mandy Patinkin dans la série. Chapeau bas l'artiste pour ces bons moments offerts !

           Enfin, deux chansons absolument magnifiques de l'épisode qui contribuent à l'intensité dramatique  :

"(You Want To) Make a Memory" de Bon Jovi :

free music

"Broken" de Lifehouse (un groupe que je conseille fortement) :

free music

3.03 Scared To Death ("Peur primale")

          Après un season premiere réussi et un second épisode détonnant, on retrouve ici un rythme beaucoup plus calme et classique serais-je tenté de dire. On suit notre petite enquête calmement sans grosse révélation ou bouleversement. Attention néanmoins, le terme "petite enquête" n'a rien de péjoratif, bien au contraire. Le concept des meurtres m'a tout de suite beaucoup plus. Un psychiatre recrute des nouveaux venus dans la ville (sans attache ni rien afin que leur disparition ne soit pas très remarquée) qui ont chacun une phobie : claustrophobie, peur de l'eau, d'être enterré vivant,...Il les tue de la pire des manières en les poussant jusqu'à l'extrême dans ce qui leur fait le plus peur. Le concept est génial et j'ai adoré le voir prendre des notes du genre "après 5 minutes : crise de panique", "après 8 minutes : évanouissement",...Très scientifique le monsieur !

          On évoque encore une fois l'absence et le pourquoi du comment du départ de Gideon mais on sent que celui-ci va devenir rapidement un lointain souvenir. Pour le moment, je dois dire que son absence ne se fait pas trop ressentir. Mais la peur venait-elle vraiment de son absence ou plutôt de son futur remplaçant ? La réponse ne sauait tarder je présume...

          Pas d'avancement du côté de Hotchner si ce n'est que l'on a maintenant la confirmation que sa femme est bel et bien partie.

3.04 Children of the Dark ("Les enfants de l'ombre")

          Après une petite pause de presque deux mois, retour des reviexs de la série sur le blog et le constat est clair : elle m'avait manqué. Pourtant, cet épisode n'a rien de spécial dans sa construction mais l'ambiance qui se dégage de la série est toujours aussi agréable. La série policière la plus agréable à suivre à mes yeux.

          L'intrigue met en scène deux malfrats qui s'introduisent dans les maisons en amenant un chat mort qu'ils auraient écrasé juste devant la propriété. Ils tuent ensuite les parents de manière violente avant d'euthanasier les enfants par des injections. Le suspense ne tient pas ici en la découverte des deux coupables que l'on voit clairement dès la 1ère scène de l'épisode mais plutôt dans les raisons qui les poussent à agir comme cela. Une raison qui est finalement assez classique. La fin de l'épisode est bien trouvée avec le garçon qui avait le revolver mais qui tire sur les photos en lieu et place de sa mère. La dernière scène de l'épisode s'accompagne d'une très jolie musique, que voici :

3.05 Seven Seconds ("Course contre la montre")

          Ca fait toujours amusant de voir l'évolution des séries. Quand on vient de passer l'après-midi devant Derrick (ce n'est pas mon cas je précise, j'ai mon honneur), ça change de voir les policiers demander si la maman n'a pas des photos de sa fille sur son GSM.  Une enfant enlevée, encore une fois. Ca fait deux épisodes d'affilée où il ne fait pas bon être jeune. Un thème des enfants que l'on peut mettre en parallèle avec les problèmes personnels de Hotchner qui est séparé de sa femme mais également de son jeune fils.

          Un épisode moins sombre, pas de meurtres sordides, d'assassins perfides et d'ambiance malsaine. Même pas de morts d'ailleurs. Une jeune fillette est est enlevée dans un grand centre commercial. S'ensuit une recherche effrenée à travers ce gigantesque bâtiment. Une sorte de huis-clôs qui change des situations habituelles et qui est très agréable à suivre. L'action n'est pas basée sur le spectaculaire ou la fouille coin par coin du complexe mais par la découverte, petit à petit, du caractère malsain régnant au sein de la famille. L'oncle qui est pédophile et c'est la tante elle-même qui a kidnappé la fille. Une évolution des choses intéressante en nous faisant bien croire que cette affaire a un lien avec une autre tout à fait similaire ayant eu lieu quelques jours avant. Bien joué tant on joue souvent dans la série à mettre en rapport différenets affaires.

          La musique de fin est interprétée par Imogen Heap. On est toujours plongé dans une ambiance particulière avec cet interprète.

3.06 About Face ("M'avez-vous vu ?")

          Le voilà enfin cet épisode que l'on attendait tous depuis le départ de Gideon. L'épisode qui décidera si l'on continue ou non la série. L’intrigue est bien évidemment le facteur prépondérant dans l’amour que l’on porte à une série mais les personnages sont des éléments non négligeables, qui plus est dans une série policière comme celle-ci qui s’intéresse à la psychologie des différents protagonistes. Ces personnages prennent vie grâce au talent et au charisme des acteurs qui les interprètent.

          Dès lors, la perte de Mandy Patinkin fut un coup dur. Un coup dur qui ne sera que plus intense si son remplaçant n’est pas à la hauteur. A l’annonce du nom de Joe Montegna comme remplaçant, j’avoue avoir eu de gros doutes. Mes souvenirs de son rôle dans Le monde de Joan étaient loin d’être exceptionnels. Ceci devait être dû principalement à son personnage et à ses intrigues assez ennuyantes. Cela devait forcément provenir de là car ce 6ème épisode m’a rassuré quant à cet acteur. Loin du charisme de Gideon, il s’en sort plutôt bien avec son caractère un peu à l’ancienne, solitaire, qui bouleverse un peu les habitudes de l’équipe. Un personnage au passé intéressant puisqu’il a été l’un des fondateurs de cette unité spéciale de la science du comportement. Un passé doublement intéressant avec une sombre affaire qui semble encore le perturber à l’heure actuelle. Une affaire qui lui fait reprendre le chemin des enquêtes alors qu’il avait pris sa démission 10 ans auparavant. Voilà qui est très excitant car on se met à rêver d’une intrigue fil rouge en arrière-fond des enquêtes traditionnelles.

          L’enquête du jour servait donc essentiellement à introduire ce nouveau personnage. Rien d’étonnant donc à ce que ça soit lui qui la résolve. Du coup, on en oublie un peu l’ambiance d’Halloween qui sert de toile de fond à l’intrigue. Cet aspect aurait pu être davantage développé dans d’autres conditions. Mis à part le masque, le sujet n’est pas vraiment exploité alors qu’une enquête dans cette ambiance toute particulière pourrait s’avérer agréable. Peut-être pour la saison 4…

3.07 Identity ("Mimétisme")

          C’est en voyant ce genre d’épisodes qu’on se demande comment TF1 va bien pouvoir diffuser Esprits Criminels sans taillader dans le tas (c’est le cas de le dire) pour supprimer toutes les scènes qui pourraient être jugées choquantes à ces heures bien peu tardives. La série fait souvent dans le noir, très noir. C’est d’ailleurs un des aspects que j’aime tant. C’est le cas encore une fois ici avec un jeune rescapé d’un asile psychiatrique qui prend les jeunes filles pour des hamburgers. Oui, un cannibale, un vrai. Répugnant surtout quand on voit qu’il dresse une espèce de livres de recettes sur la façon dont il les mange. Il les congèle des mois entiers comme de la vulgaire nourriture. Beurk. Rossi m’a l’air un peu plus bavard que Gideon mais continue de me convaincre dans son rôle.

          Pas de nouvelle de l’affaire dont Rossi voulait des nouvelles, voilà qui est bien dommage. Pourtant, l’épisode nous offre un cliff assez inattendu et d’autant meilleur qu’ils sont extrêmement rares, surtout en milieu de saison. Garcia fait la rencontre d’un homme dans un bar et décide d’aller dîner avec lui. Mais, au moment de se quitter, celui-ci lui tire dessus…Certes, on sait qu’elle ne mourra pas mais une surprise très agréable.